Bienvenue sur notre espace à www.bmculture.org, votre Agence en Business, Management Culturel et Communication.



Le Management Culturel est notre affaire



Faites nous confiance pour la reussite de vos projets.



Le Developpement du Continent Africain doit être Culturel ou ne le sera jamais !




https://m.facebook.com/profile.php?id=154270124614597#!/photo.php?fbid=10208004407531865&id=1348590

Qui sommes nous?

BMC est une Agence de Business, de Management Culturel et de Communication qui révolutionne l’événementiel, les stratégies marketing avec des innovations simples, lisibles et fiables dans le but de professionnaliser le secteur des Arts, du Tourisme et de la Culture.


En savoir plus



dimanche 25 février 2018

Le Groupe Toffodji: La Danse du feu et du Bambou

Le Groupe spectaculaire °° Toffodji °° est une histoire héréditaire transmise de génération en génération depuis l’hstoire des temps et qui se perpétue jusqu’à ce jour avec la valorisation des danses rituelles et royales des terroirs béninois. Sènou Loko Franklin est un consacré des règles rituelles de la force de la nature pour la nature. Le chorégraphe né, qui a fait tout le parcours artistique dans ce sens avec tous les meilleur d’ici et d’ailleurs s’inspire du pouvoir divin fâ pour exprimer son savoir être et son savoir faire à travers une organisation chorégraphique capable de toucher toutes les sensibilités possibles. Les membres du groupe apportent de l’enthousiasme aux uns et autres à travers les danses Tèkè et Sinsinnou de la zone septentrionale, Dogba, Akohoun, Zinlin et le Hougan de la région du Zou dans le sud Bénin. Outre ses performances spectaculaires dans ce registre, le groupe Toffodji détient le record des trophées sur les festivals d’ici et d’ailleurs comme celui du Nigéria(Festival de l’Intégration, African Dance Intégration) 2013, 2015, 2016, et 2017. Le Festival Danse Agogo de Ouidah au Bénin 2011, et 2015. Le Festival Iby-Ilé avec un succès retentissant qui attire des touristes et favorise des ouvertures pour les artistes participants sur l’international.


 En 2017, Le chorégraphe adulé s’explose dans sa prestation et reçoit à l’unanimité les acclamations nourries du grand public du stade de l’amitié à l’ouverture du Festival International de Théâtre du Bénin en Mars 2016, puis enchaîne d’autres succès en Novembre à l’ouverture du Festival SICA Stars de l’Intégration Culturelle Africaine sur l’esplanade de la place de souvenir à Cotonou. Il  réédite les mêmes exploits à l’ouverture des Festivals NZA (destiné spécialement à l’art culinaire dans toute sa diversité) et MIA(Meilleurs Instrumentistes Africains) qui a vu défilé sur l’esplanade du stade de l’amitié Mathieu Kérékou de Cotonou au Bénin toutes les célébrités Instrumentistes comme Manu Dibango en 2014, Jacob Devarieux en 2015, Paco Sery et Saghohan en 2016 et King Mensah, Gangbe Brass Band en 2017 pour des hommages mérités.


Le Groupe Toffodji issu de l’Association Culturelle du même nom œuvre depuis plusieurs années sur la valorisation du °° Socle de Vie °° pour l’existence de tous avec une particularité pour la jeunesse qui mérite d’être prise très tôt en charge avec nos pratiques traditionnelle et cultuelles.

Ajouter une légende
 L’année 2017 a été tellement enrichissante pour le groupe Toffodji avec deux de ses spécialités fétiches qui font trembler plus d’une troupe sur une scène à compétition dans le domaine de la danse : il s’agit de la danse du feu °° Yao Tcha °° qui se résume pour le commun des mortels à la manifestation de la femme du Tonnerre qui honore son Dieu de Mari selon l’explication du couvant, qui ne s’expliquera jamais aux profanes. Le spectacle est si beau, si émouvant et si attirant qu’on s’évade rapidement dans l’ambiance festive alors que cultuellement les explications qui toutes autre. Beaucoup tenteront d’imiter cette prestation artistique mais le chorégraphe attire l’attention des uns et des autres qu’il faut réussir son initiation au couvant dans les départements de l’Ouémé et l’atlantique au Bénin avant de tenter cette aventure passionnante et très complexe. Outre cette spécialité héritée des aïeux qui se perpétuent avec faste, l’ensemble artistique valorise la danse du Bambou dont l’outil d’attraction est le bambou. Aussi bien mystérieuse que spectaculaire, cette danse regorge une théâtralité profonde parce qu’il révèle un ensemble de personnes distillant dans le rythme °° Agbèhoun °° les morceaux qui préparent l’exécutant principal de la danse dite °°Dawéhoun°° à sa mise en spectacle. Il est le seul face à un bambou de quinze mètres environ pour décider du reste des émotions à partager pour des uns et les autres dans une attente inimaginable.


 Puis, dans une sorte d’animation corporelle sur le rythme Agbéhoun, le danseur procède subitement à des rituels préparatoires : une communication sérieuse à travers des incantations avec le bambou pour solliciter son accord, des signes de génuflexion pour implorer la clémence des esprits qui gouvernent l’espace d’exécution et faire preuve d’humilité vis-à-vis des initiés qui se trouvent sur place, surtout si le danseur est sur un sol étranger. Aussi, fait-il des pirouettes autour du bambou pour faire allégeance à la terre qui le porte. Un tas d’images mystérieusement théâtrales qui sont habilement noyés dans une ambiance folkloriques et tonitruante qui détourne l’attention pour enfin distraire l’esprit. 

Et ce n’est pas fini, puisse qu’il peut pour monter il n’y va pas comme quelqu’un qui veut grimper un arbre, il s’arrange simplement pour attaquer l’échasse dans une curieuse position qui oriente son dos vers le sol. Et le plus compliqué est quand il se retrouve au sommet et qu’il doit se place à plat sur le ventre au bout du Dawè (bambou) connu pour sa fragilité liée au creux qu’il porte à l’intérieur. C’est tout mystère qui s’installe et qu’il est difficile de prouver à l’assistance qui vit des moments spectaculaires de joies et de craintes, que le groupe ne pourra pas expliquer.
C’est aussi clair, que pour arriver à ce niveau de pratiquant patenté, il faut plusieurs préalables qui ne peuvent pas se définir en quelques mots mais le Bénin regorge des multitudes de danses rituelles, royales et de divinités qui s’entremêlent aussi bien dans les couvant, les cérémonies et même pour conjurer plusieurs maladies endémiques. La cerise sur le gâteau qui facilite la vulgarisation à grande échelle des danses de cette dimension est la fête des religions androgènes qui se déroule au Bénin les 10 Janvier de chaque année avec un succès sans précédant pour son attraction internationale.  

Spectacle en Live :Whouédo (Le Socle de la Vie)

 Le texte parle des signes d’Oracles dont sont issues  nos diverses vies ; Whouédo est le principal signe servant à la fondation d’une vie, d’une maison, d’une institution, de quelque projet de réalisation. Nous devons en réalité connaitre les bases de toute fondation pour une durabilité concrète et réaliste, etc. Toute structure sérieuse ou temple digne du nom est réalisé sur des reliques après consultation et prières consacrées. Donc à chacun de maitriser son signe de vie pour mieux mener son existence.
Créé tout dernièrement en juillet 2017 au lieu de répétitions de la Compagnie Artistique TOFFODJI dans l’enceinte du 3ème Arrondissement à Cotonou au Bénin pour marquer les prochaines rencontres artistiques internationales comme celui du Festival °° Les Arts de la Rue de Bassam °°), avec quelques  répétitions et études de scènes au siège du Fitheb (Festival  International du Théâtre du Bénin) sur l’investissement de l’Association Culturelle TOFFODJI par le jeune Danseur  Chorégraphe et Metteur en Scène SENOU Loko Franklin, ce spectacle connait ses premiers succès de diffusions sur le Facto et Tous au Fitheb.
 Le Chorégraphe adulé, qui a fait ses preuves en la matière dans les Compagnies de Danse Wagnilo et Walô en passant par le Ballet National  du Bénin, le Conservatoire Balla Fasséké du Mali, la Fondation le Grand Cru des Pays-Bas Hollande, avec d’autres chorégraphes nationaux tels que DJEGUEDE Nicaise, AGBOSSOU Rachelle, ADOSSOU Richard, KAKPO Clément, DEGBO Stanislas et à l’international avec Séydou BORO, Norbert SENOU, Salia SANOU, Féri De Geus, Noortje Bijvots détient de la matière pour concevoir ce chef-d’œuvre pour nourrir aisément  les yeux, sous les regards avertis et critiques des professionnels de scènes ci-dessus cités sous la vigilance de l’éclairagiste et Sonorisateur Jean- Claude OUANGBEY.
Cette création de danse thématique parle de la fondation et de l’origine de tout acte et les impacts qu’elles peuvent engendrer. Le spectacle Whouédo en patois fon une des langues du sud Bénin qui signifie le Socle de la Vie. Il nous révèle l’importance des signes de l’oracle (Fâ), leurs attributions à chaque élément  de la Dame Nature, leurs apports à nos divers actes posés et leurs liaisons étroites avec notre existence. Elle rapproche et ramène tout un chacun de nous à ne plus agir de nos jours dans un vide du hasard sans la maîtrise de l’étymologie de nos actes, leurs tenants et aboutissants.
WHOUEDO (Socle de la Vie) est un spectacle conçu dans l’option de faire toucher du doigts à chaque couche de notre société et des différentes générations de notre existence en général, et celle de l’Afrique en particulier, que notre culture, et notre identité sont les seules produits vendables, viables et rentables  de nos jours si voulons exister de façon représentative dans le concert des nations.
Cette puissance cultuelle nous donne tous les atouts et astuces capables de nous révéler positivement dans nos réalisations et si cela devrait l’être, et nous évite de nous projeter désormais dans le vide du hasard. Cette dame nature nous permet de poser dorénavant des actes aux moments choisis et voulus, d’entreprendre avec assurance de grandes œuvres pour le bonheur de nos populations. Elle devient le baromètre des réalisations positives et convenues aux réalités des quatre éléments de la dame Nature à savoir le Feu, la Terre, l’Eau et l’Air en qui se résultent nos faits quotidiens.
Nous devons en tout état de cause en tirer profit et faire références à nos valeurs endogènes. Notre développement en sortira avec les meilleurs succès.

lundi 12 février 2018

Khoudia: Une voix captivante

Elle n’est qu’une gamine, née un 26 Septembre à  dans Rosso dans le sud de la Mauritanie avec des vertus qu’il ne faudra déchiffrer parce qu’elle affirme à travers ses chansons que le sang qui coule en elle est celui de l’Afrique avec une conviction de devenir  une combattante de la cause des enfants.
La petite KHOUDIA qui dans son environnement ne devrait avoir aucune autre possibilité que d’aller à l’école si la chance se présente ou de finir comme épouse sans aucun commentaire dès l’âge de 14 ans ?
Elle n’a pas inventé le monde, et elle ne le pourra jamais pour son jeune, mais le hasard a fait les choses autrement pour permettre à la petite perle de Nouakchott de devenir très tôt  une référence pour la jeune génération Africaine.
A dix ans, elle s’engage par instinct et par surprise pour ses parents,  dans une compétition internationale organisée par la Sénégalaise  N’GONE N’DOUR  et la TVM en Mai 2013, et pour l’étape de la Mauritanie qu’elle remporte avec brio à cet âge seulement,  en face des autres enfants issues des familles des griots qui sont plus âgées. Elle représente son pays et se révèle au monde comme une star en devenir sans jamais remettre en cause le processus de sa scolarité parce qu’elle est entourée d’une famille très organisée qui la protège avec méthode et professionnalisme.
Khoudia fait la °° une °° des journaux et peut tenir en halène n’importe quel public pour son parcours. Plus d’une centaine de spectacles à son actif avec de grandes célébrités d’ici et d’ailleurs.
Son groupe est composé de plusieurs nationalités et pas des moindres avec le Célèbre Instrumentiste Français Dominique BERNARD qui se consacre quotidiennement à l’orchestration de la petite perle Mauritanienne. Elle bat des records d’écoute sur You tube et sur d’autres plates formes comme Amazone, soundcloud et autres encore.
Elle consacre ses spectacles à la mobilisation et à la sensibilisation des acteurs de la société Mauritanienne en particulier et  Africaine en général, sur les droits des enfants. Son répertoire est composé des titres qui rappellent  les termes de références pour mettre fin  l'esclavage, à la maltraitance des enfants, à l’aveuglement visible des autorités d’ici et d’ailleurs sur les pratiques barbares et  quotidiennes que vivent les enfants. Elle chante avec son arme qui n’est que sa seule VOIX, pour dénoncer les maux de nos sociétés aveuglées par la haine le racisme, le tribalisme et l'égoïsme en affirmant haut et fort que °° les filles et les femmes on a droit au respect et souhaite que  les hommes cessez de les tromper par des pratiques qu’elle qualifie de non sens °°.
Cette jeune Star qui manipule aussi  bien sa guitare acoustique et sa voix, peut assurer n’importe où le besoin se fera, un spectacle Live digne du non pour partager ses mélodies orchestrées d’Afro Jazz avec plus de quatre langues en exploitation.
KHOUDIA impose la paix, la stabilité, l’union, la protection des droits des enfants, la protection de l’environnement  pour une harmonie de vie paisible et  partout ailleurs dans le monde.
A l’occasion de la Journée Internationale de la Fille, l’UNICEF vient de la révéler au monde  comme sa nouvelle ambassadrice de bonne volonté : Khoudia. Cette jeune mauritanienne, déterminée et talentueuse, est déjà, à seulement 14 
ans, une chanteuse reconnue sur le plan international. En wolof, en français ou en arabe, elle utilise sa voix puissante pour plaider en faveur des populations vulnérables et conjugue avec succès sa carrière et son parcours scolaire. « Le parcours remarquable de Khoudia, la figure symbolique qu’elle représente et son avenir prometteur font de cette nouvelle ambassadrice une alliée de taille dans les efforts de plaidoyer de l’UNICEF pour le respect des Droits de l’enfant, notamment en faveur des filles » a déclaré Souleymane Diabaté, représentant de l’UNICEF en Mauritanie. Ce soir, à 22H, retrouvez Khoudia et Souleymane Diabaté en direct durant le Journal télévisé sur El Wataniya TV.
Son  répertoire est immense et les multiples rencontres démontrent que la petite perle joue dans la cour des Grands. Révélation Africaine des QUAMA AWARDS à Bamako en Septembre 2016  en présence de toutes les reines Africaines (AICHA KONE- ABI KOITA- BABANI KONE- AFIA MALA) pour lesquelles KHOUDIA assure la présentation au Théâtre de verdure avant de mettre les invités dans la joie et le bonheur.
Elle recevait  par la même occasion son trophée des mains collectives des REINES AFRICAINES.
Sa programmation est nette augmentation malgré son jeune âge et les Institutions internationales et les représentations diplomatiques installées en Mauritanie ne se lassent de ses prestations pour agrémenter toutes les meilleures manifestations de leur calendrier. Un Son coloré, un répertoire assez attrayant qui fera l’objet de son partage au MASA et qui touchera les uns et les autres se compose de des titres distillés sur son Album et complétés par des exclusivités.
Quelques titres  phares sont les suivants :
1.      KHALEYI (Les enfants de la Rue)
2.      MINT ABDEL MALIK
3.      INDEPENDANCE
4.      MOUJTAMAJ RAGHI (Civisme)
5.      DEBE DJIGUENE(Les Mamans de référence)
6.      SEYDOU NOUROU BA (Guide religieux)
7.      KHOUDIA (Gamine de Rosso)
8.      SAY SAY (Les Bandits)
9.      AFRICA
10.  TALIBE(Les mendiants et l’Etat)
Sa force de partage malgré son jeune âge, sa voix captivante et tonitruante assure  son attirance au près du public national et international, parce qu’elle sait jouer avec les mots qui touchent, qui interpellent, qui conscientisent du fait de l’orchestration scénique  de haut niveau avec des professionnels hors pairs qui l’accompagnent et qui se refusent de laisser embarquer sur des projets non porteurs.
 Sa Word musique, son Afro jazz, son folklore sahélien mélangé au blues  à la source des  rythmes Africains allant du Sénégal à la Mauritanie en passant par le Mali, la Gambie et le Kenya, fait de la petite KHOUDIA  un spectacle vivant et époustouflant.
, tous nés tous au Walo Lorsqu’on est née d’une mère qui s’appelle Bousso fall connue sous le nom de fatou fall d’ethnie Ouolof, descendante de Cheikh Ibra Fall, le fidele accompagnateur du grand guide Mourite Cheikh Ahmed Bamba et d’un père Papa Ahmed M’BARECK Haratin et descendant des bambaras
au sud de la Mauritanie  comme la Star KHOUDIA de surcroît ROSSO comme ses parents, il est possible de se rassurer sur la suite de sa carrière entière encadrée par des parents très avertis qui sollicitent des conseils  de grands Professionnels d’ici et d’ailleurs. Une organisation de ce niveau ne produira que les succès escomptés dans les prochains mois.  Au-delà de l’utilisation des percussions traditionnelles qui constituent sa base musicale et son orchestration au studio,  KHOUDIA Accoustics  est un ensemble artistique de haut niveau qui l’accompagne depuis plusieurs années avec un Français né à Strasbourg Dominique BERNARD qui donne de la richesse Jazz and blues avec une Guitare un carcabou et une guitare dobro électrique, un Sénégalais  Serigne Cheikh MBAYE qui valorise une percussion pas comme les autres,  un Bassiste Mauritanien à la sauce groove d’EL Hadj Ibra COME.   Partout où elle déposera ses valises , la révélation des QUAMA AWARDS 2017 attirera du monde d’abord par son jeune âge, mais surtout par sa qualité d’Ambassadrice des Nations-Unies POUR l’UNICEF. Elle sait bien voyager, et sa guitare acoustique lui facilite la tache pour faire passer un bon message au gouvernant, mais aussi pour partager la joie de vivre avec la jeunesse Africaine.  Elle profitera encore de l’occasion pour aborder les thèmes du moment comme celui de l’exode irresponsable que vit la jeunesse avec son lourd fardeau de désastre en mer sans aucune réaction forte de nos gouvernants.
Avec son public, elle échangera sur d’autres thématiques dans ses mélodies et touchera encore et encore avec sa voix envoûtante et captivante. Elle n’est pas née d’une famille de griot pour oser prendre la parole, pour oser braver les traditions Mauritaniennes et pourtant, elle parcours le continent et le monde pour sensibiliser et crier haut fort pour la protection des enfants mais aussi la vulgarisation des droits des enfants qui sont ignorés au plus haut niveau des nos institutions.  L’occasion est souvent solennelle pour faire passer le message aux uns et autres et lorsque les dénonciations arrivent de la bouche d’une jeune et talentueuse Artiste ressortissante d’un des pays indexés pour la non application de ses droits, on peut imaginer l’engouement et les répercussions.
KHOUDIA qui bénéficie d’une chance unique de s’exprimer en plusieurs langues pour son jeune âge en profite pour chanter en français langue du travail ailleurs dans nos pays et parfois langue officielle pour des raisons que la petite tente de cerner sans suite, en Ouolof,  en arabe(Hassania) en Poular et en Soninké. C’est une histoire exceptionnelle qu’on mettra assez du temps pour comprendre parce que les faits sont énormes et complexes pour une adolescente de 14 ans avec un palmarès aussi riche.
En assistant à son spectacle, en écoutant son histoire et surtout sa mélodie avec la manipulation des voix, on découvre une Star qui fait rêver, qui rassure et qui se projeter rapidement dans un lendemain meilleur pour le vivre ensemble.
 sa volonté farouche de partager les belles émotions de son répertoire, tout en valorisant tout ce que son terroir musical a de plus beau, de plus scintillant et de plus attirant pour son pays qui ne figure pas dans les références musicales Africaines, malgré que les talents y circulent énormément. Découvrir la perle rare de la nouvelle génération, est un plaisir qui ne se raconte pas sur un évènement culturel, mais qui doit se vivre en live lorsque cette chance vienne à vous.
Sur le Titre °° AFRICA °°  KHOUDIA sonne l’alerte pour une révolution environnementale à la base avec l’obligation de scolariser tous les enfants pour sauver l’Humanité de la dérive des hommes qui devraient protéger aussi bien notre environnement que celui des enfants. C’est le Thème de l'environnement qui interpelle les Artistes de plus pour dans le but de sauver l'humanité toute entière. Le perle rare à la voix captivante vient de confirmer son savoir faire à Cotonou au festival SICA (Stars de l'Intégration Culturelle Africaine) en Novembre 2017 avec le Trophée de la meilleure Clip vidéo, après une compétition live de plus de vingt deux pays représentés. 
Aujourd'hui, une équipe sérieuse et dynamique  dirigée de main de maître le Patron de l'Agence  de Business, Management Culturel et de Communication BMCulture  travaille autour de la voix captivante de la Mauritanie, avec le seul objectif de la propulser au sommet de son art. Les rencontres se multiplient, les échanges de belles factures et les festivals se précisent pour permettre à la petite charmante de partager tout son bonheur.

mercredi 12 juillet 2017

KALAMOULAI: Le Ténor du Septentrion Béninois :


KALAMOULAI: attache un grand intérêt aux domaines de la royauté et du sacré à travers ses mélodies. Ses spectacles sont sources de vives émotions et de voyages vers le sahel et parfois vers le Maghreb.
Né à Cotonou au BENIN (en Afrique de l’ouest) dans le septentrion ou la tradition joue un rôle très important dans l’éducation d’un jeune garçon. Auteur- compositeur, interprète, danseur émérite

Aux talents incontestés depuis plusieurs années sur les plus grandes scènes du Bénin, de l’Afrique et du Monde. KALAMOULAI fait vibrer toutes les générations de spectateurs parce qu’il est en lui-même un spectacle accompagné de sa voix captivante et entrainante. En quelques minutes de scène en live, l’Artiste à la voix sahélienne peut visiter plus textes de son riche répertoire et donner satisfaction aux petits, aux jeunes et aux adultes, parce qu’il détient les rouages de ses dosages de voix et les incantations qui l’accompagnent.

Aucun de ses spectacles ne laisse indifférent ceux qui l’assistent, parce qu’il est débordant d’énergie, et  chaque titre de son répertoire sélectionné doit répondre à une tendance, à une couleur musicale, à une histoire et surtout à un projet pour lequel ce répertoire est destiné. La classification des morceaux dans le répertoire est rimé par rapport au public cible, à l’ambiance de moment, à l’émotion dégagée par les spectateurs  et en partie par  le message  que doit transmettre  le Ténor du sahel à cette occasion là.
Chaque spectacle est une source de réflexion pertinente sur l’environnement musical de l’espace à conquérir, sur l’avenir d’un style musical, sur l’impacte de sa propre conquête musicale tout en étant au croisement de multiples influences. A travers sa musique, il réconcilie et modernise les rythmes  traditionnels du Bénin profond et l’esprit de sa vision scénique à l’endroit des générations actuelles et futures.

Sa musique reflète son engagement à persévérer les cultures traditionnelles, à préserver les pratiques royales qui consiste à valoriser le vivre ensemble, l’équilibre entre les coutumes et le respect des pratiques endogènes.
KALAMOULAI  est un artiste extrêmement créatif et enthousiaste. Sa force d’expression artistique se découvre plus vite à cause de ses incantations liées au cultuelles, son sens  naturel d’improvisation qui se révèle parfois payant comme un programme préparé à l’avance, sa vision de mélanger les instruments traditionnels aux instruments très modernes pour en faire un plaisir participatif, et sa quête constante du de fusionner les genres.
 Ses fusions, ses recherches scéniques sont le reflet de son engagement pour la préservation des pratiques endogènes. Les instruments traditionnels participent à cette vision musicale du ténor du Septentrion.
Les SICA 2016 viennent de le relever au grand jour,  comme meilleur Artiste de musique moderne d’Inspiration traditionnelle avec plus d’une vingtaine de pays et en live, sous le regard du Grand Jury présidé par le Directeur du Palais de la culture d’Abidjan Koné DODO. Il s’en suivi de plusieurs d’autres titres de la sous région avec un répertoire qui le projette plus vite que prévu dans le virtuel des musiques du monde.
Les  quelques titres phares de ce répertoire qui attirent du monde dès les premières notes et qui seront exécutés sur les scènes  démontrent à suffisance la capacité de la voix du Septentrion Béninois à donner du plaisir au spectateurs d'ici et d'ailleurs :
1.      YINKOR-KAT’IM (GRIS-GRIS et la Gloire)
2.      YAAYE
3.      BEREBA
4.      ANDUNIAN
5.      SAMANI
6.      AIZOUMA
7.      MEYIMOUNA
8.      YOMBA YOMBA



Dans sa force de toucher les peuples là il faut, pour faire
 prendre conscience aux uns et autres, Kalamoulai s’attaque 
aux thèmes sensibles de (gris –gris et la gloire) avec 
une métaphore qui attire les foules. Il révèle dan sa chanson 
culte °° YINKOR – KAT’IM °°  je cite : Malgré votre 
Puissance spirituelle (gris –gris) votre richesse, la grandeur 
de votre Nom, la mort vous humiliera, fin de citation. Malgré 
votre gloire, malgré de nombreux défis relevés, vous ne pourrez
 rien face à la mort, parce que rien ne résistera au mort jusqu’à
 notre dernière dernier jour commun. C’est le registre 
de prédilection du Ténor de Septentrion Béninois qui mélange 
les proverbes Batonnou à ceux des autres régions du Bénin qui créer sa symbiose de sensibilisation.

Son véritable succès sur scène se découvre au fur et à mesure que la pression musicale monte avec l’ambiance électrique retrouvée dans l’environnement direct de l’évènement. 

KALAMOULAI  aime s’amuser dans la douceur pour faire vivre autrement sa scène, mais ses incantations vocales décident souvent autrement pour le bien des participants. Et pour ne pas rester indifférent à cette tension scénique, le ténor sahélien joue le jeu et distille le bonheur musical dans le but de satisfaire les uns et les autres. 
La scène est le lieu de prédilection d’un artiste comme KALAMOULAI pour tenir ses engagements et partager son riche répertoire trié sur plusieurs titres de son terroir musical. Le Bénin est un réservoir de musique traditionnelle qui mérite d’être valorisé à travers des spectacles live de KALAMAOULAI parce qu’il consacre toute la grande majorité de son temps à cette recherche scénique et mélancolique.

Partout où il passera pour partager son savoir être et son savoir faire musical, KALAMAOULAI  trouvera toujours une manière de communiquer avec le public et de transmettre de belles émotions qui sont les siennes et qui révèlent ses objectifs de lutte contre la déforestation, la maltraitance des enfants, la non scolarisation des enfants et surtout la protection de notre environnement immédiat par des techniques simples de gestion environnementale .


 La voix du Septentrion  chante dans plusieurs langues du Bénin et en Français. Son spectacle peut se limiter à quelques minutes selon la programmation du moment, comme il peut aller plus loin dans la communication avec les mélomanes et les spectateurs, tout en respectant les limites fixées par le chronogramme de Evènement.




Après avoir remporté autant de trophées en 2016, et sortir son nouvel Album  °° Maturité °° en 2017 avec un succès qui confirme ce que pense de lui, Kalamoulai ne rêve que de l'international pour porter très haut une autre coloration musicale qui rappellera à plusieurs mélomanes un grand griot des pays sahéliens dont je vais taire le nom pour l'instant.

Ce talentueux danseurs, spécialistes des termes vocaux sensationnels est pétri de talents, avec une modestie qu'on découvrira très bientôt sur les grands festivals au monde. KALAMAOULAI est un spectacle vivant à découvrir tout simplement pour comprendre la dimension artistique.







lundi 10 juillet 2017

FETHEB CONGO

BRAZZAVILLE FAIT SON FESTIVAL INTERNATIONAL DE THEATRE : 
FETHEB
Du 17 au 21 Août 2016 pour la 1 ère Edition.

L’histoire retiendra que l’UNEAC a fait un choix très judicieux en installant un comité d’Organisation  dirigé par son Président Henri DJOMBO Ministre d’Etat Congolais chargé de l’Agriculture, de l’élevage et de la Pêche, pour la matérialisation du  Festival  International de Théâtre de Brazzaville qui s’est tenu du 17 au 21 Août 2016 au Palais des Congrès et au CFRAD de Brazzaville dans une ambiance festive des grands jours.  
Le Congo est un réservoir mondial de Théâtre qui mérite de jouer un pôle prépondérant pour le renouvellement des talents Africains. 



Tous les grands acteurs de théâtre viennent d’une manière ou d’une autre des scènes de Brazzaville et de Pointe –Noire qui constituent de véritables sources de pratiques quotidiennes. malgré les espaces d’expressions ne sont pas souvent à la hauteur des attentes des créateurs des œuvres de l’esprit. 

A Brazzaville, on va au théâtre comme on va au café avec un désintéressement sans précédent. Les espaces parfois précaires se remplissent sans aucune communication pour partager les spectacles avec aisance dans la langue de Molière, comme si on vivait en France. La véritable source de démocratie aussi bien dans les expressions que dans les actes se retrouve au théâtre, puisse les textes s’attaquent dans la grande majorité aux maux qui minent la société Congolaise. 
Le FETHEB devrait se créer au Congo s’il en existait pas,  parce qu’il devenait indispensable pour rester dans la dialectique d’émulation permanente dans un secteur qui souffre d’espaces d’expressions  artistiques de haut niveau l’éclosion de la jeune génération très talentueuse  qui veut marcher sur les pas des aînés comme le Feu Eric MAMPOUYA dans le but d’en faire une activité  capable de nourrir son homme à court, moyen et long termes. 

Le monde devenant un petit village planétaire,  le théâtre et la culture devraient s’aligner dans la nouvelle démarche de création de richesses.


Cette première édition qui a rassemblé du beau monde autour de 24 représentations de belles factures, servies par  13 groupes du Congo et de la sous région est une preuve palpable que l’Union des Ecrivains et Artistes Congolais (UNEAC) joue sa véritable partition pour le rayonnement du Théâtre Congolais et Africain dans le concert des Nations. 

Le monde devenant de plus en plus comme un village planétaire, il est tout à fait important que le Théâtre revient au cœur de la nation Congolaise pour accompagner le développement socio économique. 
La mobilisation populaire qui entoure les manifestations théâtrales au Congo devraient interpeller encore plus les autorités de ce beau pays pour continuer d'investir dans ce secteur porteur et promoteur pour la jeunesse, parce qu'il apporte non seulement des activités saines mais aussi une éducation populaire à travers les textes et les œuvres interprétés par des talents qui viennent des écoles,  collèges et universités du Congo. 
Quatre grands prix ont été attribué après une sélection très serrées par le Jury présidé par Le Béninois Moustapha Patrice AHOUNOU au cours de la soirée solennelle parrainée par le Ministre de la Culture et des Arts Léonidas MOTTOM et en présence de plusieurs personnalités venues d'ici et d 'ailleurs. 
Les Pétroliers de Pointe-Noire (Congo) enlève le trophée de la Meilleure Actrice, le Théâtre National du Gabon repart avec le Trophée du Meilleur Metteur en scène, le Théâtre de l'Environnement de Brazzaville (Congo) gagne le Trophée du Meilleur Acteur et la Troupe Nationale du Congo emporte le Trophée de la Meilleure Représentation

A l'annonce des résultats, les commentaires étaient dans tous les sens avec des émotions de joies ici et de détresse ailleurs comme toujours, mais avec une satisfaction  d'une organisation exceptionnelle autour de la culture. 

L'année 2016 a été tellement riche pour le Théâtre Congolais que le Comité d'Organisation propose de faire d'avantage en 2017 avec l'introduction des préliminaires dans les Collèges et Lycées dans le but d'impacter encore plus de jeunes et de révéler les meilleurs pour une relève de qualité.